Dyspraxie visuo spatiale : Définition, diagnostic et traitement

dyspraxie visuo spatiale

La dyspraxie visuo spatiale fait partie des nombreux maux dont peut souffrir un enfant. Ceci se caractérise par une difficulté à planifier, à organiser et à concevoir. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle est nommée la maladresse pathologique. Que faut-il savoir sur ce trouble ? Découvrez ici tout ce qu’il y a à savoir à ce propos.

Dyspraxie visuo spatiale : qu’est-ce que c’est ?

La dyspraxie visuo spatiale, encore appelé trouble dys, est un trouble visuel qui se caractérise chez l’enfant comme une difficulté à coordonner de manière efficace ses capacités visuo motrices. Ainsi que par un trouble spatial qui l’empêche de comprendre et d’analyser correctement l’espace. Loin d’être une maladie physique ou mentale, il s’agit d’un trouble de développement. De ce fait, l’enfant atteint de cette pathologie peut avoir quelques difficultés à se sentir à l’aise à la fois dans son environnement ainsi qu’avec ses gestes au quotidien.

Il n’est souvent pas rare que face à des enfants ayant ce handicap, certains adultes aient du mal à l’appréhender. Ce qui les pousse à reprocher à ceux-ci leurs maladresses ou à l’imputer à leur esprit dissipé ou encore à le prendre pour une inattention volontaire.

Quelles sont les causes de la dyspraxie visuo spatiale ?

La cause première de ce trouble concerne principalement le fonctionnement des yeux. En effet, il ne s’agit pas de sa difficulté à bien voir comme dans le cas de la myopie. Il s’agit en réalité, des mouvements du globe oculaire ainsi que la capacité du cerveau à traiter efficacement les informations visuelles qui lui sont transmises. Détecté très vite, il vous est possible de parvenir à amoindrir de façon significative ses effets sur la santé de l’enfant. Cependant, en raison de sa méconnaissance, il n’est souvent pas vite détecté. Ce qui lui laisse le temps de prendre racine rendant tout traitement long et fastidieux. L’âge idéal pour le détecter est entre 4 ans et 9 ans.

Quels sont les critères pour détecter rapidement une dyspraxie visuo spatiale ?

Pour reconnaître une dyspraxie visuo spatiale, il vous faut prêter attention lorsque vous constatez chez votre enfant des troubles de la vue. Il peut s’agir d’une difficulté à fixer des objets ou des écritures qui sont immobiles ou à suivre des objets en mouvements ou une ligne. En effet, face à ceux-ci le mouvement de son œil est saccadé. Il est également possible d’observer chez un enfant souffrant de cette pathologie, des difficultés de réalisation. Ainsi, celui-ci aura de grandes difficultés à organiser les choses dans le bon ordre. L’enfant dyspraxique ne pourra pas, par exemple, parvenir à placer les chiffres à leur bonne place dans un exercice de numérotation bien que sachant de mémoire comment cela se fait.

Il est important de préciser qu’il peut avoir quelques difficultés à reproduire un dessin qu’il vient de voir. En revanche, il pourra vous le décrire de manière très rigoureuse à l’oral. Toutefois, les enfants atteints par ce trouble développent assez tôt d’autres qualités pouvant leur permettre de contrebalancer ce handicap. Ainsi, ceux-ci sont généralement des enfants très vifs, et très intelligents et peuvent être de très bons orateurs.

Quelles en sont les conséquences de la dyspraxie visuo spatiale ?

Les conséquences de la dyspraxie visuo spatiales sont nombreuses. En effet, étant donné qu’il s’agit d’une anomalie touchant les traitements spatiaux, il a de graves répercussions sur les réalisations gestuelles. Ainsi, qu’il s’agisse des activités de construction, de la vie quotidienne ou de l’école, cela lui posera des problèmes. Par conséquent, vous constaterez que même à l’âge où la curiosité devient le moteur de tous les autres enfants, lui par contre, évite d’explorer d’autres nouveautés. Ceci peut se traduire par un refus de s’adonner aux jeux cubiques, de puzzle, ou tout autre jeu d’assemblage.

Il peut également avoir du mal à manger. Ce qui l’amènera à chaque repas à rependre partout des miettes de nourriture. Ceci résulte de sa difficulté à utiliser la fourchette. Vous pouvez aussi observer des difficultés à pouvoir s’habiller tout seul, à lacer ses chaussures ou à mettre ses boutons. En outre, il aura du mal à bien organiser son cartable. Lorsque vous observez tous ces symptômes, c’est qu’il y a de fortes chances qu’il soit dyspraxique.

Comment le traiter ?

Lorsque vous parvenez à établir très tôt le diagnostic de la dyspraxie visuo spatiale, vous devez faire recours à un neuropsychologique. Celui-ci fera le bilan complet de votre enfant et commencera le suivi nécessaire afin de l’aider à s’améliorer. Cependant, lorsque vous ne parvenez à vous en rendre compte que tardivement, vous pouvez vous tourner vers le psychologue. Ainsi, une fois que ce dernier aura confirmé son état, il commencera par une rééducation orthoptique. Ensuite, vous pouvez faire appel à d’autres spécialistes comme le psychomotricien ou l’ergothérapeute. Grâce à la formation de ces derniers, ils pourront procéder à une prise en charge plus globale.

Par ailleurs, il serait judicieux d’adopter d’autres techniques plus spécifiques aussi bien à l’école qu’à la maison en plus des rééducations afin d’arriver plus rapidement aux résultats attendus. Vous pouvez par exemple à la maison, utiliser des méthodes qui valorisent ses compétences, lui présenter des copies ou lui découper ses activités par séquences. À l’école en revanche, ses enseignants doivent tenir compte de sa différence en lui proposant des cahiers avec des lignes plus larges, et privilégier des activités orales et autres. Avec tous ces éléments, la dyspraxie visuo spatiale ne sera plus un obstacle pour l’épanouissement de votre enfant.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *