Otoplastie ratée : Qu’est-ce que c’est et comment corriger ?

otoplastie ratée

Avoir des oreilles trop grandes ou trop décollées n’est pas une fatalité. Il est bien possible de recourir à une chirurgie pour réparer le problème. Cette chirurgie est appelée Otoplastie et a pour objectif de recoller les oreilles ou d’en réduire la taille. Mais ce n’est pas forcément couronné de succès à tous les coups. Vous voulez en savoir davantage sur l’otoplastie ? Dans quel cas parle-t-on d’otoplastie ratée ? Découvrez dans cet article, tout ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Otoplastie : comment ça se passe ?

Il faut savoir qu’il existe une multitude de techniques pour repositionner une oreille (plus de 200 techniques). Il va falloir choisir une technique plutôt qu’une autre en fonction des caractéristiques spécifiques du patient. Il faut également savoir que l’intervention chirurgicale de repositionnement des oreilles peut se faire sur un enfant et sur un adulte.

L’adolescence est une période à laquelle l’intervention ne correspond pas. Si l’opération est une réussite, elle va aider la personne à mieux se porter physiquement et moralement, car elle va mieux rentrer dans les standards de la beauté. Dans le cas contraire, on assiste à une otoplastie ratée.

Les complications liées à une Otoplastie ratée

Il faut savoir que, comme toute intervention chirurgicale, celle de l’otoplastie ratée comporte une marge d’erreur et peut entraîner un certain nombre de complications. On peut commencer par citer en premier lieu les risques d’infection, d’hématome, d’hémorragie, de nécrose, de désunion cicatricielle (une non-conformité entre les cicatrices) ou encore un défaut de sensibilité du pavillon.

Dans certains cas, une telle chirurgie ratée peut entraîner une déformation ou une asymétrie des oreilles, des cicatrices boursouflées et irrégulières. Sans compter le fait que les carnations des personnes métissées, asiatiques, noires et peaux mates présentent beaucoup plus de prédispositions aux cicatrices chéloïdes. Il faut donc prendre le temps de les informer du risque plus élevé à leur niveau avant de prendre une décision finale face à l’otoplastie ratée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *